« Al zinji » (le nègre), nouveau recueil de poésies de Salah Labrini

L’écrivain et poète Salah Labrini vient de publier un nouveau recueil de poésies intitulé « Al Zinji » (le nègre).

Le poète, auteur de plusieurs ouvrages dont « Le bar de suppression » en 2015, “l’aliénation de la flûte” en 2017 et “Digne de l’isolement d’un étranger” (2018), partage avec ses lecteurs son expérience poétique centrée sur le soi dans son rapport avec l’existence, un rapport marqué par la tension et le rejet, car la poésie, explique, le poète, répond, par essence, à l’appel du soi et du monde en même temps.

Dans ce recueil de 80 pages, Salah Labrini, natif de Bzou, se vêt de sa casquette de poète critique par excellence pour essayer de peindre le monde terne qui l’entoure par sa plume en s’inspirant de sa biographie, du soi enfantin qui a forgé sa vision du monde, une vision qui trompe la vérité du discours, mais qui, en profondeur, est un soi ouvert au soi des autres mais impose la distance entre le réel et l’imaginaire.

Cette quête de la perfection ne traduit nullement la volonté du poète d’éblouir ou d’impressionner le lecteur en produisant des mondes poétiques qui célèbrent l’attachement de l’être à l’existence dans ses détails vagues.

Dans Al Zinji, M. Labrini s’appuie sur l’histoire non pas dans son sens historique mais plutôt dans sa signification esthétique et dans ses dimensions artistiques.

Dans cette œuvre de poésie, loin d’être contradictoire avec l’esprit d’ironie prônée par son auteur, Salah Labrini lance un débat entre le soi, le monde, l’histoire et la biographie, créant une expérience poétique unique à partir de l’interaction entre ces composantes et les éléments du discours poétique.

Grace au recueil « Al Zinji » ( le nègre) publié au Forum de la pensée arabe, Salah Labrini, dans sa parure de poète amoureux des montagnes d’Azilal a remporté le prix du poète Abdessalam Bouhjar.

Natif du Bzou dans les années 70, Salah Labrini a entamé sa carrière poétique dans les années 90 dans des journaux et magazines culturels marocains et arabes. Le poète a également participé à de nombreux forums de poésie et séminaires culturels nationaux.