Béni Mellal: 6ème festival Tasmit du cinéma et de la critique, du 30 novembre au 03 décembre

 

Béni Mellal – La 6ème édition du festival Tasmit du cinéma et de la critique se tiendra du 30 novembre au 03 décembre prochain à Béni Mellal sous le thème « l’émigration dans le cinéma », apprend-on auprès des organisateurs de cet événement.

Dix courts-métrages concourent en compétition officielle de cette édition, organisée sous la supervision de la Wilaya de la région Béni Mellal-Khénifra et en partenariat avec le Centre cinématographique marocain (CCM).

Il s’agit de “Doah” de Farzad Samsami, “Contraste” de Hatim Belmehdi, “Point d’interrogation » de Younes Reggab, “Jeans” de Mohamed Bouhari, “Gossip” de Dalal El Araqi, “Possibilité 3” d’Abdelilah El Omari, “La ficelle” d’Ali Charaf, “Parfum” de Houcine Chani, “Les Sentiers de la colère” de Lina Arious, et “Adour” de Nora Azeroual.

Organisée en collaboration avec les Conseils élus, l’Académie régionale de l’éducation et de la formation (AREF) Béni Mellal-Khénifra et l’ONG Progettomondo, cette édition verra aussi la projection de plusieurs longs-métrages dans le cadre des catégories “Panorama”, “Films documentaires” et “Films pour enfants”.

Il s’agit de “Mica” d’Ismaël Ferroukhi, “Les femmes du pavillon” de Mohamed Nadif, “Suspended wives” de Merième Addou”, “Une urgence ordinaire” de Mohcine Basri, et “Hakkach” d’Oussama Mouatamir”.

Au menu figurent également une conférence sur le thème “l’émigration dans le cinéma” et un master class qui sera animé par le réalisateur Mohamed Mouftakir.

Cette 6ème édition du festival Tasmit du cinéma et de la critique rendra hommage plusieurs figures artistiques nationales notamment l’actrice Khouloud Bettioui et le critique Abdelkrim Ouakrim ainsi que d’intellectuels comme l’historien Mustapha Benkhalifa Arbouch et feu Mohamed Najib El Hajjam.

Le programme de cette édition comprend également des séances de signature de nouvelles publications dont “Fragments de mémoire cinématographique » du réalisateur Saad Chraïbi, “Le rêve interdit” de l’artiste chorégraphe, metteur en scène et danseur étoile Lahcen Zinoun et “A l’ombre des obsessions” de la poétesse Aïcha Aït Berri.