Brèves de la région Béni Mellal-Khénifra

Béni Mellal – L’agence urbaine de Béni Mellal a entamé, mardi, sa caravane de proximité dédiée au monde rural à partir de la commune d’Aghbala dans la province de Béni Mellal.

Cette caravane, organisée sous le signe « Des agences urbaines au service du monde rural », s’inscrit dans le cadre du renforcement de l’approche de proximité et de communication que mènent les agences urbaines avec les habitants du monde rural.

Après l’étape d’Aghbala, la caravane fera escale dans les collectivités territoriales de Tizi Nisli, Boutferda, et Naour avant de se rendre à Azilal.

Au niveau de la région, les agences urbaines de Béni Mellal et de Khénifra iront à la rencontre des habitants de 49 collectivités territoriales.

Dans le détail, le programme de cette caravane de proximité prévoit 21 escales dans la province d’Azilal, 11 dans la province de Khénifra, 7 dans la province de fkih Ben Salah et autant dans le province de de khouribga.

++++++

Le bureau administratif de la Chambre de commerce, d’industrie et de services (CCIS) de la région Béni Mellal-Khénifra s’est réuni la semaine dernière à Béni Mellal, pour examiner les projets économiques structurants issus des rencontres provinciales de concertation.

Il a également mis le point lors de cette réunion sur la mise en oeuvre et l’état d’avancement du plan de développement de la Chambre et discuté des plans d’actions des commissions.

++++++

Une réunion a rassemblé récemment à Béni Mellal les acteurs institutionnels et de la société civile intervenant dans le domaine pénitentiaire et de la réinsertion post-carcérale en vue d’élaborer une stratégie locale pluri-acteurs visant la réinsertion sociale durable des détenus.

Lors de cette rencontre, qui s’est tenue dans le cadre du projet HOPE, mis en œuvre par l’ONG Progettomondo avec le soutien financier de l’Union européenne, le modèle de réinsertion post-carcéral promu par le projet et en cours d’expérimentation a été présenté à travers les témoignages à la fois des coopératives ayant accueilli des ex-détenus en tant que stagiaires et des opérateurs des associations locales chargés du suivi des parcours de stage.

La discussion a été très participative et axée sur les possibles synergies entre la société civile et les institutions dans une optique de responsabilité partagée vis-à-vis des défis liés à la réinsertion et à la prise en charge des détenus.