La coopérative Annajah pour la poterie, une parfaite illustration de l’engagement infaillible de l’INDH en faveur des maîtres potiers

Azilal  – C’est l’une des illustration les plus fortes de l’engagement infaillible et indéniable de l’INDH en faveur de l’épanouissement du maître artisan marocain. La coopérative Annajah pour la valorisation de la poterie dans la commune d’Aït Attab (Province d’Azilal) est une belle vitrine pour la promotion des produits des artisans céramistes dont le doigté a été cultivé au fil des générations.

Un engagement à travers lequel, l’INDH entend perpétuer la poterie en proie à l’oubli et appuyer une belle brochette de maîtres potiers d’Azilal pour les aider à commercialiser leurs produits et à surmonter les charges combien coûteuses du loyer, de l’électricité et des outils et matériaux de confection de l’argile.

Dans les ateliers de cette coopérative financée par l’INDH à hauteur de 250 mille DH dans le cadre de sa troisième phase, tout est fait très soigneusement à la main. Plats, tajines, cuvettes, tasses, assiettes et autres sont formés et ornés dans la pure tradition marocaine.

La coopérative comprend 7 maîtres-potiers héritiers d’une lignée de maîtres-artisans d’Azilal.

Dans une déclaration à M24, la chaîne d’information en continu de la MAP, le chef de la division de l’Action sociale au sein de la province d’Azilal, Abdelaziz Assimi, a souligné que ce projet s’inscrit dans le cadre de la troisième phase de l’INDH, notamment son programme afférant à l’amélioration du revenu et l’inclusion économique des jeunes à travers la remobilisation de 7 jeunes maîtres-potiers de la commune d’Aït Attab pour la sauvegarde de ce métier en voie de disparition.

Et M. Assimi de faire savoir que l’appui de l’INDH à pour but de redonner vie à ce patrimoine marocain d’une part et à organiser les maîtres-potiers dans une coopérative pour leur permettre d’améliorer leurs revenus, de l’autre.

Pour sa part, le président de la coopérative, El Houssine Mahdi, s’est félicité de cet appui considérable de l’INDH qui leur a permis d’organiser leur vente ainsi que le passage d’un mode traditionnel de moulage et de cuisson d’argile à un autre moderne à travers l’acquisition d’un four moderne.