« La Presse et la culture: les liaisons inspirantes », le thème d’un colloque national organisé par la FMEJ à Béni Mellal

Béni Mellal  – « La Presse et la culture: les liaisons inspirantes » a été le thème d’un colloque national organisé samedi, à Béni Mellal, à l’initiative de la Fédération Marocaine des Éditeurs de Journaux (FMEJ).

Organisé en marge de l’assemblée générale constitutive de la FMEJ à Béni Mellal-Khénifra, ce colloque national a été l’occasion de mettre l’accent sur l’importance de la culture dans le monde médiatique, de revenir sur la genèse de la presse et de souligner l’impératif de former des journalistes en phase avec les mutations que connaît le champs médiatique.

Les intervenants à ce colloque organisé au lendemain de la création de la neuvième représentation régionale de la FMEJ au niveau de Béni Mellal-Khénifra, ont appelé à asseoir les bases d’une véritable presse culturelle au niveau de chaque région comme maillon essentiel du monde médiatique, saluant hautement les efforts déployés par la FMEJ en vue de l’élaboration d’une nouvelle vision au sujet de l’avenir de la presse marocaine.

Intervenant à cette occasion, l’écrivain Abdelkrim Jouiti, a rappelé que la Culture constitue l’épine dorsale de chaque démarche journalistique, insistant sur l’importance de former des journalistes assoiffés de culture car celle-ci permet aux professionnels de la presse de mieux concevoir l’information et la façonner.

« Le journaliste use beaucoup la culture », a-t-il dit, notant qu’on ne doit pas dissocier l’une de l’autre (culture et presse) et que les liaisons entre celles-ci ne sont plus à démontrer.

M. Jouiti s’est dit fier d’assister aux côtés de ce parterre d’intellectuels et de représentants de la FMEJ venus des quatre coins du Royaume pour discuter des à même moyens d’ancrer la culture dans le comportement journalistique et médiatique.

Pour sa part, la journaliste Widad Benmoussa a mis en avant l’importance de la culture dans le champ médiatique, notant que le journaliste est avant tout un intellectuel qui puise dans trop-plein de sources culturelles avant de livrer son travail.

Mme Benmoussa s’est également attardée sur les questions et idées à même d’approfondir cette question, relevant à cet égard que l’éclosion des réseaux sociaux nous avertissent d’une cinquième révolution technologique d’où l’importance de s’armer par la culture en vue d’en faire face.

De son côté, Mohamed Berrada, membre de la FMEJ, a salué les efforts colossaux engagés par la Fédération en vue de redonner ses lettres de noblesse au journalisme marocain, notant que ces efforts interviennent dans une conjoncture difficile.

« C’est grâce aux efforts de la FMEJ et de tout un chacun que nous allons pouvoir entrevoir le bout du tunnel et dépasser cette conjoncture au service d’une nouvelle vision de la presse marocaine », a-t-il estimé.

Ce colloque national a été ponctué de plusieurs interventions d’écrivains et de journalistes de renom ainsi que d’une quarantaine d’éditeurs, de présidents de sections, de responsables et d’intellectuels.

La veille, les éditeurs de journaux réunis, vendredi, à l’occasion de la tenue de l’assemblée constitutive de la représentation régionale de la Fédération au niveau de Béni Mellal-Khénifra ont appelé à constituer une commission chargée de superviser les élections du conseil national de la presse dont le mandat prend fin en septembre prochain.

Ils ont souligné dans leur communiqué final que les membres de la FMEJ ne seront pas concernés par toute supposée prolongation ou ajournement non justifié ou tout amendement de la loi qui ne soit pas en phase avec les fondements démocratiques de l’organisation tels qu’ils sont stipulés dans l’article 28 de la constitution.