Le Programme national d’approvisionnement en eau potable et d’irrigation 2020-2027, fruit d’une Vision Royale innovante au service du développement agricole (responsable)

Béni Mellal – Le Programme national d’approvisionnement en eau potable et d’irrigation 2020-2027, lancé par Sa Majesté le Roi Mohammed VI pour une enveloppe budgétaire de 115,4 milliards de DH, est le fruit d’une Vision Royale innovante pour mieux accompagner le développement du secteur agricole, a souligné, mardi à Béni Mellal, le directeur régional de l’Agriculture, Hssain Rahaoui.

Intervenant lors d’une réunion de communication et de sensibilisation autour du Programme national d’approvisionnement en eau potable et d’irrigation 2020-2027, tenue au siège de la wilaya de la région de Béni Mellal- Khénifra, M. Rahaoui, a fait savoir que les projets agricoles menés dans le cadre de ce Programme au niveau régional, ont pour objectif d’assurer une gestion adéquate de la demande en eaux, outre la valorisation des eaux d’irrigation, tout en promouvant la sensibilisation quant à l’importance de sauvegarder les ressources hydriques et d’en rationaliser l’utilisation.

Pour mieux accompagner l’élan prometteur de ce vaste chantier Royal, la Direction Régionale de l’Agriculture (DRA) ne ménage aucun effort en vue de la mise en œuvre optimale des projets du Programme national d’économie d’eau et d’irrigation (PNEEI), a-t-il relevé, notant que la région de Béni Mellal- Khénifra a conçu une série de projets en parfaite adéquation avec les grands axes de ce Programme, notamment la reconversion collective en irrigation localisée dans le cadre de la 3éme phase du Plan Agricole Régional de 13.844 ha, au profit de 3.960 bénéficiaires issus de plusieurs communes rurales de la région.

Evoquant la reconversion individuelle en irrigation localisée, M. Rahaoui, a expliqué qu’une superficie de 8.550 ha au niveau de la région a été équipée dans ce sens, ajoutant que l’amélioration de l’équilibre hydraulique du canal principal a concerné une superficie de 22.235 ha, au profit de 5.500 bénéficiaires.

Cette action a pour objectif de renouveler et de moderniser les équipements hydro- agricoles afin d’assurer un contrôle efficient du débit et renforcer ainsi, l’efficacité au niveau des canaux, a-t-il expliqué.

La DiRA de la région de Béni Mellal- Khénifra a, également, œuvré en faveur du développement des petits et moyens périmètres d’irrigation avec, à terme, la programmation de 240 km de seguias (canaux d’eaux à ciel ouvert) et la création de 97 points d’eau dédiés à l’abreuvement du Cheptel.

Et afin d’être en mesure d’accompagner la dynamique des réformes importantes que connait le secteur de l’eau au Maroc, la DRA organise de manière régulière des ateliers de communication et de sensibilisation autour de l’économie et de la rationalisation d’utilisation des eaux d’irrigation, outre des sessions de formation et d’encadrement technique au profit des agriculteurs et ce, en partenariat avec les acteurs institutionnels concernés.

Pour sa part, le directeur de l’Agence du Bassin Hydraulique de l’Oum Er-Rbia, Abdellah Bourak, a indiqué que dans le cadre du Programme prioritaire national d’approvisionnement en eau, l’offre hydrique dans la région a été renforcée, avec la réalisation de 5 grands barrages d’une capacité de 2224 millions m3.

Et de préciser que deux grands barrages sont programmés (245 millions m3), nécessitant un budget 2,4 MMDH à savoir : le barrage de Tyoughza dans la province d’Azilal, (160 millions m3), et celui de Tagzert à Béni Mellal (85 millions m3), ayant pour objectif d’améliorer l’approvisionnement en eau potable et les eaux d’irrigation au niveau des périmètres irrigués.

Les petits barrages réalisés sont au nombre de huit au niveau de la région Béni Mellal-Khénifra, a-t-il poursuivi, relevant que le nombre des petits barrages programmés dans le cadre du Programme prioritaire est de 61, nécessitant un budget de plus de 260 MDH, dont 27 à Azilal, Béni Mellal (10), Khénifra (20), Khouribga (3) et un petit barrage à Fkih Ben Saleh, a-t-il précisé.

Pour ce qui est du volet relatif à la réutilisation des eaux traités, l’objectif est d’atteindre six millions de m3 annuellement à l’horizon 2026, a-t-il noté, avant de conclure que quatre projets sont programmés à ce titre, dont trois à Béni Mellal (Kessiba, Zaouiyat Cheikh et Kasbat Tadla) et un autre à Khénifra.